«

»

Fév 05

La Neuroéducation ? Un outil pour apprendre plus facilement ?

Et les Neurosciences ? , les Neurosciences cognitives ? La Neuropédagogie ? La Neurodidactique ? Autant de termes pour désigner des domaines très proches et qui contribuent à une confusion certaine !

La Neuroéducation est née il y a une vingtaine d’années seulement (dans les années 2000).

C’est une approche interdisciplinaire qui se situe au carrefour de diverses disciplines (neurosciences , psychologie, sciences de l éducation , linguistique ect…).

Mais…A quoi ça sert ?

Elle confronte les méthodes d’enseignement et d’apprentissage

aux récentes avancées des Neurosciences sur le fonctionnement cérébral , en analysant divers paramètres .

Et pour quoi faire ?

  • Pour mieux connaître le cerveau ( biologique : molécules , cellules , ect…) , et les processus cognitifs et comportementaux.
  • Pour exploiter au mieux nos capacités mentales ,
  • et renforcer l’efficacité de l’apprentissage et de l’enseignement en choisissant les outils pédagogiques adaptés .

Ses limites

On comprend alors que cette nouvelle science est tiraillée entre les sciences exactes (comme les neurosciences qui explosent depuis ces 50 dernières années ) et les sciences humaines (comme les sciences de l ‘éducation ou la psychologie, vieilles comme le monde) .

L’absence de consensus , d’entente et de communication entre les diverses disciplines de recherche amènent à :

  • un manque de connaissances en Neurosciences,
  • une incompréhension du jargon professionnel,

ce qui conduit bien souvent à :

  • tirer des conclusions hâtives sur les résultats en Neurosciences et sur les applications possibles en éducation ,
  • et véhiculer des neuromythes ( le cerveau gauche et le cerveau droit, la brain Gym, « on utilise 10 % de son cerveau » , «  il est trop tard pour apprendre » , « tout se joue avant 3 ans » , les styles d’apprentissage , ect…)

Quelles applications alors ?

Les premières études ont porté sur les fonctions mentales affectées par des troubles ou difficultés scolaires ( dyslexie, dyscalculie, dysphasie, trouble de l’attention …) 

  • 3 grandes découvertes en Neurosciences ont un impact direct sur l’apprentissage :
      • L’apprentissage modifie les structures du cerveau .
      • L’enseignement influence le développement du cerveau (découverte plus récente et plus fragile)
      • L’architecture du cerveau influence l’apprentissage. 3 outils pour cela :
            • la neuroplasticité ,
            • le recyclage , et
            • l’inhibition.
  • Ces découvertes ont permis de dégager des pistes de travail dans plusieurs domaines ;
      • l’apprentissage des langues,
      • la lecture et l’écriture (la littératie),
      • les nombres,
      • la créativité,
      • l’environnement (le rôle des émotions dans l’apprentissage )

Conclusion

Il me paraît évident que nous nous dirigeons vers une nouvelle culture scientifique en éducation .

  • 4 priorités de réflexions se dessinent alors :
        • Connaître quelques bases en Neurosciences ,
        • faire la chasse aux neuromythes,
        • suivre les recherches concernant les troubles des apprentissages,
        • être attentif aux dernières avancées en neurosciences avec un œil critique .

« C’est là tout ce que nous savons faire : renouveler l’approche des vieux problèmes en utilisant de nouveaux concepts. » (H.Atlan)

Alors essayons ensemble d’y voir plus clair , tâtonnons, expérimentons et par là même avançons dans ce domaine !

Si cet article vous a plu n’hésitez pas à aimer et partager cet article sur fb , twitter !

Laisser un commentaire