«

»

Mai 04

Les mythes sur les surdoués : ne soyez pas dupes!

« Les surdoués ordinaires » , Nicolas Gauvrit : voici un livre qui nous parle des enfants à Haut potentiel intellectuel, les surdoués , ou encore les enfants intellectuellement précoces .

Quelles sont les caractéristiques particulières d’un Enfant intellectuellement précoce ? Beaucoup de livres parlent du sujet . Beaucoup d’idées véhiculées sont justes , d’autres sont tout simplement fausses et sont des véritables mythes, d’autres enfin sont exagérées.

L’auteur, Nicolas Gauvrit, docteur en sciences cognitives s’appuie sur des ressources scientifiques pour rétablir LES vérités autour de l’enfant intellectuellement précoce . A contre courant d’une certaine littérature autour du sujet , ce livre a le mérite d’être bien documenté , et farci de références scientifiques pour preuves .

A lire absolument si vous voulez connaître les véritables conclusions des recherches sur le sujet.

Je vous donne quelques contre-vérités, qui, je l’espère vous donneront envie d’aller plus loin .

1. Un HQI c’est quoi ?

La définition a bien du mal à trouver un consensus auprès des chercheurs depuis plus d’un siècle .

Les HQI (« hauts quotients intellectuels » ) sont un groupe de personnes ayant un fort potentiel intellectuel . Le seuil à partir duquel , l’enfant fait partie de ce groupe est différent suivant les études. De plus, chacun ajoute des indices qui lui semblent essentiels pour définir les caractéristiques de ce groupe .

Néanmoins , la plus consensuelle des définitions est celle-ci : un enfant intellectuellement précoce est un enfant qui a un QI (quotient intellectuel) > 130 . Et rien de plus !

2. « Les enfants intellectuellement précoces ont une personnalité particulière . » « Ce sont des gens originaux ! »

C’EST EXAGERE !

En recherche , on peut mesurer la personnalité de quelqu’un selon 5 critères (modèle OCEAN).

 

Ouverture Conscience Extraversion Agréabilité Nevrosisme
Curieux , imaginatif, artiste, envie d’apprendre Efficace, organisé, minutieux Sociable, énergique, éxpansif Indulgent, chaleureux, sympathique Tendu, imitable, maussade, instable émotionnellement

Les études existantes montrent une petite différence entre le groupe à haut potentiel et le groupe « tout venant » sur l’ouverture ( le score est un peu plus élevé chez le premier groupe).

Dans les autres dimensions, les différences ne sont pas suffisamment grandes pour être significatives . Si on les voit comme des originaux cela vient sûrement de leur capacité à donner des réponses rares, étonnantes , plus créatives.

3. « Etre surdoué est une calamité ! Les surdoués sont plus anxieux que les autres. »

FAUX !

D’après la revue de littérature scientifique de N. Gauvrit, sur 13 recherches scientifiques qui portent sur l’anxiété chez les enfants à haut potentiel, la moitié ne trouve pas de différence. L’autre moitié trouve qu’ils sont moins anxieux que les autres …

Quand au stress , il n’y a pas d’études . Celles portant sur la dépression ne montrent aucune différence.

Conclusion :  Etre surdoué est plutôt une chance .

4. « Les surdoués sont hypersensibles dans tous les domaines . »

C’EST EXAGERE !

Les domaines concernés sont les domaines sensoriel , émotionnel et cognitif .

Cette affirmation n’est vraie que pour le cognitif .

Dans le domaine sensoriel, Jacques Grégoire (docteur en psychologie ) à infirmé cette affirmation dans une étude .

5 .« Les surdoués sont hyperactifs . » « Les surdoués ont des troubles du comportement. »

FAUX ! 

Ce qui peut être pris pour de l’hyperactivité est juste de l’ennui . La différence avec un hyperactif , c’est que l’enfant à haut potentiel intellectuel peut très bien rester concentré et tranquille quand il travaille sur une passion.

Les études sur le sujet ne montrent aucune différence significative.

6. « Les surdoués ont plus le sens de l’humour.  »

C’EST EXAGERE

Les études ont juste montré une avance dans la construction du sens de l’humour .

Un enfant à haut potentiel intellectuel de 7/9 ans aura un humour comparable à celui d’un enfant de 12 ans .

7. « Les surdoués ont un sens aigu de la justice. »

Non démontré ! Il n’existe que des études de cas et non une étude générale sur ce sujet.

8. « Les surdoués ont une pensée radicalement différente, une pensée en arborescence. » « Les surdoués sont tellement submergés par toutes ces idées qui arrivent en même temps qu’ils ne peuvent plus avancer , ils sont en surcharge cognitive »

FAUX ! 

Dans les articles scientifiques , le terme « pensée en arborescence » n’existe pas ou peu . On trouve un terme équivalent « pensée divergente » mais ce n’est pas un mode de pensée ! C’est une des composantes du raisonnement que tout le monde a ! Les enfants à haut potentiel intellectuel ont juste un score de pensée divergente supérieur .

9. « La vitesse neuronale est presque double chez les surdoués .»

FAUX !

Aucune étude ne le démontre.

Des imageries cérébrales ont certes montré des différences dans la densité des réseaux neuronaux mais pas dans la vitesse de l’influx nerveux.

 

10. «  Les surdoués sont sûrs de réussir à l’école .» Puis « Les surdoués risquent de ne pas réussir à l’école. » enfin « Quand on est en échec scolaire , on est probablement surdoué »

FAUX! FAUX ! Et encore FAUX !

Même si on peut encore lire ou entendre souvent dans les médias que 30 % , 50 % voire même 70 % des surdoués sont en échec scolaire , aucune étude ne le confirme .

Ce mythe vient d’une étude qui affirme que dans le groupe des enfants à haut potentiel intellectuel :

 

30 % sont « sous performants » ou « sous réalisateurs ». Or un enfant « sous-performant » n’est pas forcément en échec . Il a juste des résultats sensiblement inférieurs à ce qu’on pourrait attendre vu son QI.

On peut être à haut potentiel et être moyen , fort ou en échec comme les autres.

Des études ont montré que plus le QI est élevé plus la chance d’avoir le bac est grande .

11. « Les surdoués parlent et marchent plus tôt que les autres »

VRAI !

Histoire de finir sur une « vérité vraie » !

12 . Amusez-vous !

 

Petit jeu pour voir si vous avez réussi à vous défaire de certains mythes .

Voici un tableau trouvé dans un document du ministère de l’éducation nationale , « Ressources pédagogiques / Guide : scolariser les élèves intellectuellement précoces.  »

Lesquelles de ces affirmations sont justes ?

Particularités socio-affectives
Hyperesthésie (perception exacerbée des stimuli) Faux
Forte sensibilité et réactivité affective , hyperémotivité Faux
Sens aigu de la justice , réaction vive face à l’injustice Non démontré
Difficulté à acquérir les règles de communication en groupe Faux
Besoin de sens pour accepter les règles et les consignes Faux
Grand besoin de reconnaissance de ses capacités Faux
Anxiété, sentiment d’être incompris, mésestime de soi Faux
En quête de la compagnie d’enfants plus âgés et des adultes Vrai
Potentiellement victime de harcèlement Vrai

Copie à revoir Monsieur le ministre de l’éducation nationale ! …

Ce tableau peut servir pour presque tous les items à tout élève de chaque classe, pour décrire le comportement d’un élève et ainsi lui apporter l’aide nécessaire .

Et si on faisait comme dans certains pays , qu’on les considérait simplement comme ce qu’ils sont avant tout : des enfants ?

(2 commentaires)

  1. veronique

    Bonjour, comment, d’après cet auteur, reconnait-on un enfant surdoué du coup? puisqu’il n’a rien de différent des autres…
    J’ai retenu de mes lecture précédentes que de nombreux auteurs précisent que les caractéristiques étudiées dans votre article peuvent apparaître et ne sont pas là systématiquement. Je ne vois pas en quoi c’est différent de 1 sur 2 des enfants surdoués présentent cette caractéristiques. Heureusement qu’ils sont tous différents !!! Je pense que détecter ces qualités et les associer permet de se poser des questions.
    Que propose cet auteur pour observer finalement la différence de l’enfant surdoué (et non sa supériorité comme ce terme le laisserait sous-entendre)?
    Votre conclusion aussi m’interroge : laisser ces enfants être des enfants ? Que sous-entendez-vous? Que les « enfants » constituent un groupe homogène aux besoins et aux capacités elles aussi homogènes ? Que nous, adultes, n’avons-nous pas à nous soucier de quelconques différences susceptibles d’ailleurs d’engendrer des souffrances?
    Ces souffrances sont réelles, vécues dans l’intimité des familles, des classes, et ne peuvent être balayées d’un revers de la main à coup d’études scientifiques.
    Bonne journée.

    1. Edwige

      Bonjour Véronique,
      Merci de poser ces questions qui me permettent de préciser ma pensée: cet article a pour premier objectif de nuancer les généralités que l’on entend sur les enfants à haut potentiel intellectuel. Et comme écrit dans l ‘article, l’enfant HQI est a considérer avec ses propres caractéristiques qui sont bien évidemment différentes pour chacun .La surdouance est définie principalement par la mesure du QI ( encore bien controversée d’ailleurs).
      Le voir, avant tout, comme un enfant, revient à le voir dans toute sa singularité et lui apporter tout ce qui est nécessaire pour qu’il puisse s’épanouir le mieux possible, à commencer par assouvir ses besoins primaires (physiologique et psychologiques) . C’est bien là, le principal but de l’éducation . Enfin , bien sûr que toute souffrance doit être prise en compte quelle qu’en soit l’origine : tout adulte se doit d’aider le mieux qu’il peut tout enfant en souffrance .
      Bonne journée
      Edwige

Laisser un commentaire